Grammaire de l'Académie française

Académie française, Grammaire de l’Académie française. Paris, Firmin-Didot et Cie, 1932, x, 252 pages.

L’Académie française fut fondée en 1635 (statuts rédigés en 1634) sous le règne de Louis XIII et plus particulièrement sous l’administration du gouvernement de Richelieu qui vît dans le concept du français réformé un instrument privilégié d’unification du royaume de France tout en assurant un rayonnement à l’étranger sur le plan diplomatique.

L’Académie est constituée en «compagnie» réunissant une quarantaine de membres dédiés à normaliser et uniformiser une langue parlée très fluctuante, aux variantes régionales très prononcées et dont la représentation à l’écrit souffrait, au 17e siècle, de multiples libertés dans l’application.

«La mission confiée à l’Académie est claire : « La principale fonction de l’Académie sera de travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. » (Article 24 des statuts.)» – extrait de Les missions sur le site de l’Académie française.

Publié en 1932, l’exemplaire présenté ici représente ni plus ni moins que la toute première édition de la Grammaire de l’Académie française, une grammaire officiellement endossée par la compagnie près de trois siècles après en avoir reçu le mandat.

L’Académie avait pour mandat de produire quatre ouvrages : un dictionnaire, une grammaire, une rhétorique et une poétique. Pourquoi un tel délai dans la production de cette grammaire ? Seul le dictionnaire verra le jour, les autres étant assumés en dehors de l’Académie par des auteurs faisant autorité dont la Grammaire et la Logique dites de Port-Royal, parus respectivement en 1660 et 1662.

Étant l’œuvre d’un académicien, Abel Hermant, cette Grammaire de l’Académie ne s’est d’ailleurs jamais imposée. Son approche étant jugée trop conservatrice, elle fut même désavouée par l’Académie. Elle tentait toutefois de répondre à un souci de refléter l’usage «actuel» de tous les métiers touchant à l’écriture – journalisme, typographie, littérature, correspondance d’affaires et diplomatique, etc., tous métiers en proie à une évolution accélérée par des gains de productivité au cours des années 20 et 30 – tout en voulant contrer la tendance lourde à une certaine «tolérance» perçue dans les milieux français de l’instruction publique de l’époque au moment des examens.

L’exemplaire exposé représente une édition originale. Il a été ajouté à la collection du Service des Livres rares en 2003, à l’occasion d’un legs de M. Philippe Barbaud, professeur honoraire du Département de linguistique de l’UQAM.

Notice sur Virtuose

Ouvrages de l’Académie française dans les collections des bibliothèques de l’UQAM

Abel Hermant dans les collections des bibliothèques de l’UQAM

Abel Hermant sur le site de l’Académie française

Abel Hermant sur Wikipédia

Discours d’Abel Hermant présentant la Grammaire à la Séance publique annuelle des Cinq Académies, le 25 octobre 1930

Fiche d’autorité de la BNF pour Abel Hermant

Question?