Le compte rendu

Le compte rendu est une description aussi fidèle que possible d'une lecture, d'un fait, d'un événement. Il doit être clair, précis et s'appuyer sur la réalité. Il apparaît donc pertinent d'illustrer par des exemples tirés du document ou de l'événement les explications fournies dans un compte rendu. On distingue le compte rendu informatif et le compte rendu critique.

 


Le compte rendu informatif ou résumé informatif
Caractéristiques
    On se limite à résumer :
  • les positions de l'auteur
  • ses raisonnements
  • ses arguments
  • ses conclusions par rapport à un thème donné.
Livre dont il faut faire un compte rendu
Exemple de compte rendu
Exemple
Le livre suivant a fait l'objet de plusieurs comptes rendus :
L'un d'entre eux est le compte rendu suivant :
Maunaye, M. et M. Molgat (dir.) Les jeunes adultes et leurs parents : autonomie, liens familiaux et modes de vie. Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval, 2003, 244 p. (Coll. Culture et société).

Noël, Marie-France. Compte rendu de Les jeunes adultes et leurs parents : autonomie, liens familiaux et modes de vie, sous la direction de M. Maunaye, et M. Molgat (Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval, 2003). Vie pédagogique. no. 148, septembre 2008.<En ligne>


Exemple

Exemple

Haut de la page

Le compte rendu critique ou commentaire de texte
Caractéristiques
    Le travail comporte alors plusieurs étapes. Après avoir brièvement résumé le document,
  • on fait ressortir, de façon logique et objective, les aspects positifs et négatifs du texte (commentaire de texte);
  • on émet un jugement personnel pour déterminer la valeur du document, sa cohérence, la rigueur de l'argumentation, etc.;
  • on peut s'appuyer sur d'autres auteurs pour fonder son propre jugement.
 
Livre dont il faut faire un compte rendu
Exemple de compte rendu



Exemple
Le livre suivant a aussi fait l'objet de plusieurs comptes rendus :
L'un d'entre eux est le compte rendu suivant :
  Robert Bernier (dir.). L’État québécois au XXIe siècle, Québec : Presses de l’Université du Québec, 2004, 561 p.   Jacques Palard. «Compte rendu. Robert Bernier (dir.), L’État québécois au XXIe siècle, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004, 561 p.». Recherches sociographiques, 46, no 1, janvier-avril 2005, p. 143-150.

Exemple


Exemple

 

Étapes à suivre pour faire le compte rendu de ce document
1. faire un bref résumé du document

«Quel État pour quelle société ? L’entrée dans un nouveau millénaire représente une occasion rare mais opportune de faire le bilan, à visée prospective, des institutions qui gouvernent les sociétés humaines, c’est-à-dire de ré-interroger leur fondement et leur légitimité, leur organisation et leur performance, leurs traditions et leur capacité d’innovation. Généralement donné comme l’institution centrale des sociétés nationales – "le plus gigantesque dispositif de contrôle social que l’homme ait jamais inventé", selon Gérard Bergeron (1993, p. 25) –, l’État ne saurait échapper à cette investigation, où la curiosité n’est plus aujourd’hui exempte d’une dose de soupçon ou de scepticisme. L’intérêt académique du chercheur entre ici en composition avec l’intérêt pratique de l’acteur, que celui-ci soit élu, fonctionnaire ou citoyen. La même question de base prend alors pour chacun une tonalité particulière : "Comment va l’État ?", et, en l’occurrence, "comment va l’État québécois ?"».

Le très substantiel ouvrage collectif publié sous la direction de Robert Bernier entend apporter à cette interrogation une réponse multiple, qui se décline en dix-sept chapitres, regroupés en cinq parties : "Économie internationale et finances publiques" ; "Éducation, santé, responsabilité sociale" ; "Environnement, municipalité et transports" ; "Administration publique, démocratie et transparence" ; "Les services gouvernementaux et la population" [ …] »

2. faire ressortir les aspects positifs et négatifs du texte (commentaire de texte)

«Le bref mais stimulant chapitre sur le devenir des sociétés d’État (Luc Bernier) illustre parfaitement la nature et l’importance de l’enjeu ainsi que la radicalité du changement intervenu au cours de ces toutes dernières décennies…

L’analyse des finances publiques devrait bien sûr échapper à l’investigation des seuls fiscalistes ; elle mérite(rait) d’être éclairée par une série d’interrogations sur le fondement de cette différence, qui traduit des conceptions différentes sinon en partie antagoniques de l’État, à commencer par la place accordée aux politiques redistributives. Les préférences politiques prennent corps, en effet, sur des références culturelles […]»

3. émettre un jugement personnel pour déterminer la valeur du document

«L’ouvrage n’examine pas toutes les dimensions de l’État ; manquent ainsi au tableau les politiques éducative, linguistique ou interculturelle, de même que la question de l’aménagement du territoire et de la métropolisation croissante ou celle de la laïcité, au moment où est à nouveau en débat l’éventuelle prorogation des clauses dérogatoires en matière d’enseignement confessionnel dans les écoles. Rien non plus sur la "nation québécoise". Mais, malgré l’absence de quelques pièces du puzzle, le lecteur dispose d’assez d’éléments pour élaborer par lui-même la synthèse qui ne lui est pas fournie, s’interroger sur l’efficience de la "nouvelle" gestion publique et des "nouvelles" valeurs administratives, et sur l’idée même de nouveauté […]»

4. faire référence à d'autres auteurs pour appuyer son argumentation

«Finalement, peut-on parler d’un "modèle" québécois ? On pourrait reprendre ici les propos de L.S. Laczko (1998) en conclusion d’une étude de la perception des inégalités sociales et de la conception de l’interventionnisme de l’État au Québec, au Canada et dans le monde : "Le partenaire minoritaire plus petit ou plus faible manifeste 1) une identité culturelle plus marquée ainsi qu’une plus grande inquiétude au sujet de la relation majoritaire / minoritaire, 2) une préférence pour des solutions collectives plutôt qu’individuelles, et 3) un appui plus prononcé à l’intervention de l’État" (Laczko, 1998, p. 337-338).»

Haut de la page

Recherche documentaire
Pour situer
l'oeuvre et
l'auteur
Pour effectuer un compte rendu de lecture, on peut se limiter au document lui-même. On peut aussi vouloir situer l'oeuvre ou l'auteur dans leur contexte social et littéraire.

On pourra alors consulter divers documents tels des biographies, des encyclopédies ou des monographies concernant l'auteur.
Haut de la page

Documentation utile

Haut de la page


Pour trouver des comptes rendus



Écrivez-nous
InfoSphère - Sciences humaines
© 2010 Service des bibliothèques de l'UQAM